CHRONIQUR PARUE DANS ROCK & FOLK EN 2000

Ma chronique à la sortie de l'album. C'est l'une des dernières que j'ai écrites pour Rock & Folk.


Jeff Buckley

Mystery White Boy
Columbia/ Sony

On l'attendait depuis longtemps et enfin le voilà : l'album live de Jeff Buckley, enregistré durant la tournée interminable qui dura de 1994 à 1996, après la sortie de Grace. Les titres ont été selectionnés et mixés par Mary Guibert, la mère de Jeff, et Michale Tighe, son guitariste. On y retrouve évidemment les chansons fortes de l'album, étirées comme Buckley et son groupe savaient si bien le faire sur scène: "Dream Brother", "Mojo Pin" (enregistré à Lyon, qui atteint des sommets d'intensité rageuse), "Lilac Wine" (totalement revisité, plus jazzy, superbe), "Last Goodbye" (le 7 juillet 95 à l'Olympia), "Eternal Life" (méconnaisable, quasi-punk) et "Grace". Le son n'est pas toujours nickel, l'accent ayant été mis avant tout sur la passion et l'intensité contenues dans l'interprétation de ces titres magiques. Et puis, il y a les morceaux inédits, qu'il interprétait régulièrement sur scène, comme l'indianisant "What Will You Say?", dont on découvre ici une magnifique et émouvante version. De même "I Woke Up In A Strange Place", "Mood Swing Whiskey" et "The Man That Got Away" sont ici publiés pour la première fois sur un CD officiel. Enfin, l'album se termine par deux des covers favorites de Jeff, "Kanga Roo" de Big Star et le "Hallelujah" de Leonard Cohen, un des rares exemples d'une reprise supérieure à l'original, enchaîné à "I Know It's Over" des Smiths. Ce garçon était un chanteur et un musicien hors du commun, cet album le prouve une fois de plus. Bien sûr, ceux qui n'aiment pas sa musique ne l'aimeront pas plus avec ce disque, mais de toute façon, on ne peut (plus) rien pour eux. Merci pour les autres, Jeff.